Surveillance biologique du territoire

Les flux rss du siteImprimer la page

A marquer dans l'agenda

Avec le Bulletin de santé du végétal (BSV) : prendre une décision autonome pour protéger ses cultures

Cliquer sur l'image pour s'abonner gratuitement au BSV

Les BSV informent les agriculteurs et leurs conseillers, quasiment en temps réel, sur l'état sanitaire et le risque phytosanitaire des cultures, et délivrent des messages règlementaires. L'analyse du risque est basée sur les observations faites sur le terrain et une modélisation prédictive du développement des maladies.

La règle est de ne faire aucune préconisation en matière de produits phytosanitaires. Les agriculteurs ont toutes les informations pour prendre une décision stratégique, de manière autonome, pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires.

Ce dispositif s'intègre dans le plan Ecophyto.


Dernier BSV Jardins, espaces végétalisés et infrastructures (JEVI)

Prenez date !

les résultats de l'enquête BSV 2016 en un clic !

au BSV, c'est gratuit !

L'épidémio-surveillance

La surveillance biologique du territoire ou épidémio-surveillance a pour objectif de détecter précocement les organismes nuisibles qui peuvent avoir un impact sur les rendements ou la qualité des cultures, de garantir l'absence de certains organismes (pour l'exportation notamment), et d’établir l'état phytosanitaire du territoir, afin que les agriculteurs puissent adapter leurs itinéraires techniques.

Elle lance les alertes et accompagne la décision de traiter ou non, sur la base d'une observation et d'une analyse de risque local, et suggère des options de méthodes alternatives.

Ces observations couvrent toutes les cultures de la région et donnent lieu à la publication de Bulletins de santé du végétal (BSV), mis gratuitement à la disposition des agriculteurs et des techniciens en temps réel.

La biovigilance, pour renforcer les réseaux de surveillance

L’objectif du programme national de biovigilance est de renforcer les réseaux de surveillance des effets indésirables de l’utilisation des produits phytosanitaires. Pour satisfaire cet objectif d’intérêt général, l’acquisition de données de référence est nécessaire. La biovigilance doit permettre la détection d'évolution de situations vis-à-vis des effets non intentionnels (ENI) des pratiques agricoles sur l’environnement.

Le programme de biovigilance trouve une place intermédiaire dans un dispositif global de surveillance biologique du territoire à plusieurs niveaux. Il a vocation à constituer un dispositif d’alerte et doit mettre en relation les ENI constatés avec les pratiques agricoles.