Vous êtes ici : Accueil > Innovation-R&D > Agriculture biologique > Recherche & Développement > Mononogastriques > Tester des pratiques optimisant la valorisation des parcours - Projet Pâture truie bio

Tester des pratiques optimisant la valorisation des parcours - Projet Pâture truie bio

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Pâture truie bio : pour optimiser la valorisation des parcours à haute valeur alimentaire

Certes, les truies ne sont pas des herbivores, mais l’apport nutritionnel de l’herbe pâturée par des truies en gestation est potentiellement significatif. De plus, l’article 20 du règlement européen de l’Agriculture biologique le spécifie : "Des fourrages grossiers, frais, secs ou ensilés sont ajoutés à la ration journalière des porcs". D’où l’idée de tester des pratiques visant à optimiser la valorisation des parcours, avec un impact bénéfique à la fois sur le bien-être animal et l’autonomie alimentaire. Le projet Pâture truies bio visait à étudier : 

  • la faisabilité de l’implantation et de la gestion d’un parcours à haute valeur alimentaire pour les truies gestantes élevées en plein air
  • l’impact de cette pratique sur le travail des éleveurs
  • l’intérêt zootechnique de l’ingestion de fourrages potentiellement intéressants d’un point de vue nutritif.

Principaux résultats

Un essai sur le pâturage tournant des truies gestantes a été conduit à la Ferme expérimentale porcine des Trinottières au cours des printemps 2016 et 2017. Durant 3 mois (mi-mars à mi-juin), chaque groupe de 7 à 8 truies avait successivement accès à l’un des 12 paddocks de 270 m2 du dispositif. Les changements de paddock s’effectuaient tous les 3 à 5 jours selon la pousse de l’herbe et la capacité d’ingestion des truies en lien avec leur gabarit.

Pour augmenter leur motivation à pâturer, les truies recevaient un aliment concentré pauvre en protéines (10,1 % de MAT contre 13,6 % habituellement) en quantité limitée (80 % d’une ration normale) et le couvert végétal proposé était riche
en légumineuses (trèfle violet, trèfle blanc ou trèfle hybride). Au vu des performances, le pâturage de légumineuses permet de compenser la restriction alimentaire moyennant certaines précautions : 

  • garantir un accès à l’aliment équitable pour toutes les truies, y compris les truies dominées qui subissent les effets de la compétition alimentaire
  • apporter une ration complète d’aliment concentré sur les 3 dernières semaines de gestation pour garantir un apport alimentaire suffisant durant la phase de développement des fœtus.

Qui a participé à ce projet

Le projet Pâture truies bio a été piloté par la Chambre d'agriculture régionale des Pays de la Loire et financé par le Conseil régional des Pays de la Loire, en partenariat avec la Ferme expérimentale porcine des Trinottières.

Période du projet :
Janvier 2016-Décembre 2017.

 

Financeur