Conjoncture agricole

Les flux rss du siteImprimer la page

Suivre la conjoncture pour anticiper les effets sur l'agriculture

Pour février 2018, en synthèse ce qu'il faut retenir : une amélioration hétérogène des marchés en élevage. Un contexte plus porteur en productions végétales spécialisées mais un secteur toujours soumis aux aléas climatiques.

En grandes cultures, la concurrence est vive sur les marchés céréaliers alors que le colza subit la lourdeur du marché des huiles. Les coûts des intrants poursuivent leur hausse notamment l’énergie. Des perspectives de tensions apparaissent sur le marché du tourteau de soja.

En lait de vache, le prix payé au producteur progresse en 2017, mais le premier trimestre 2018 présente quelques incertitudes. D’abord en retrait, la collecte de lait de chèvre s’est nettement redressée en France et en Pays de la Loire sur le second semestre. En viande bovine, l’abondance de l’offre en femelles allaitantes pèse sur les prix. La production ovine est confrontée à une pénurie d’agneaux en raison du recul des naissances et des importations. L’embellie survenue sur le marché du porc en 2016 s’est estompée en 2017 avec le recul des importations chinoises. Enfin, la filière volaille poursuit des tendances antérieures caractérisées par le dynamisme de la consommation de poulet et dans le même temps la hausse des importations en provenance de l’UE.

Dans le domaine du végétal spécialisé, les marchés tant intérieur, qu’export sont bien orientés en arboriculture. En horticulture et pépinière ornementale, le bilan 2017 est positif et les perspectives encourageantes pour le printemps 2018. En cultures légumières, l’adversité climatique (temps doux) a à nouveau perturbé l’adéquation offre/demande pour certains légumes. En viticulture, les sorties de chais ont globalement été maîtrisées malgré la faiblesse des disponibilités.


Télécharger les notes de conjoncture

Les comptes de l'agriculture réalisés à l'échelle des Pays de la Loire

L'INSEE publie chaque fin d'année les résultats des comptes prévisionnels de l'agriculture nationale. Ces comptes sont réalisés à la demande de la Commission européenne, selon une méthode comptable commune à l’ensemble des Etats membres. A l'échelle régionale, les premiers résultats de l'année ne sont connus qu'à l'été n +1.

Pour répondre à la demande des élus et des décideurs agricoles qui ont besoin d'un éclairage régional au moment de la publication des comptes nationaux, le pôle Economie-Prospective des Chambres d'agriculture des Pays de la Loire réalise un compte ligérien prévisionnel.


Télécharger les comptes

Dernière note de conjoncture